Lifting des Cuisses

Lifting des Cuisses.

Lifting des Cuisses

 


Le lifting de la face interne des cuisses permet de supprimer l’excès de peau et de graisse sur la partie interne et antérieure des cuisses. La gêne ressentie à ce niveau s’inscrit souvent dans le cadre de séquelles d’amaigrissement important mais est parfois liée au vieillissement de la peau, sans réel excès graisseux. Dans la plupart des cas, on réalise une lipoaspiration importante de la cuisse pour en diminuer le volume et l’excès cutané est ensuite retiré.

Le mot du chirurgien : Les excès peu importants liés à l’âge ou à une perte de poids modérée seront traités par une cicatrice unique dans l’aine tandis que les séquelles des amaigrissements majeurs obligeront à avoir recours à une longue cicatrice verticale pour une efficacité maximale.


Clinique-Clemenceau-250
Fiche pratique
Lifting des cuisses

L’ACTE  :

Type d’anesthésie : Générale.

Durée d’intervention : 1h30.

Durée d’hospitalisation : 1 nuit.

Présence de drains : Non.

Durée de la convalescence
(arrêt de travail) :
 10 à 15 jours.

Cicatrices : On peut considérer 2 types de
cicatrices. La première est limitée au « pli de la culotte », donc très discrète mais ne permet d’avoir qu’un effet très limité à la partie supérieure et interne de la cuisse, étant inefficace sur les 2/3 inférieurs. Cette technique est malgré tout suffisante dans de nombreux cas. La seconde, laisse en plus une cicatrice longue en dedans de la cuisse, de l’aine jusqu’au genou parfois. Elle est heureusement discrète dans la grande majorité des cas mais peut, comme toute cicatrice s’élargir ou s’épaissir. Cette seconde technique permet d’être plus efficace sur l’ensemble de la cuisse car on peut alors réaliser une lipoaspiration plus importante et retirer une grande quantité de peau.

Suites opératoires : Pansements pendant 10 à 15 jours, à refaire tous les 2 ou 3 jours. Port de bas de  contention (lutte contre l’œdème et contre les phlébites) pendant 3 semaines en moyenne.

Prise en charge par la Sécurité
Sociale : 
Elle est peu fréquente. La gêne fonctionnelle doit être importante et séquellaire d’un amaigrissement majeur, des grossesses ou d’interventions chirurgicales. Le chirurgien remplit alors une demande d’entente préalable pour la Sécurité Sociale.