Présentes à vie sur notre peau, certaines cicatrices représentent une gène autant psychologique qu’esthétique. Séquelles visibles d’une opération, d’une maladie, d’un accident… elles peuvent être une réelle source de complexe et nuire à l’estime de soi.

Grâce à la dermopigmentation médicale, il est aujourd’hui possible de camoufler les cicatrices en les colorant.

La Clinique Clemenceau vous explique les fondamentaux de cette technique de médecine esthétique aux résultats bluffants.

La dermopigmentation, une technique médicale inspirée du tatouage esthétique

Fonctionnant selon le même principe que le tatouage permanent esthétique, la dermopigmentation correctrice consiste à déposer des pigments dans le derme moyen sur des imperfections cutanées (cicatrices, brulures, vitiligo, vergetures…) afin de les dissimuler en corrigeant des anomalies de couleur.

Dans certains cas, la dermopigmentation est à visée réparatrice en permettant de recréer, comme un trompe l’œil, des parties du corps abimées ou amputées par des opérations ou des accidents de la vie (aréole mammaire, ongles…).

Effectuée à l’aide d’un dermographe, la dermopigmentation permet de colorer les cicatrices afin de réduire, ou de supprimer totalement, la différence de ton entre la lésion et la peau.

Pour un maximum de sécurité, la Clinique Clemenceau utilise des pigments minéraux ou organiques de haute qualité, stériles et agréés dispositifs médicaux CE II B.

Disponibles dans une grande variété de teintes, ils peuvent s’adapter à toutes les carnations.

Technique peu douloureuse, la dermopigmentation médicale est réalisée dans nos locaux par notre dermographe qualifié et expérimenté après une consultation médicale qui nous permettra d’échanger sur vos attentes.

Il ne s’agit pas d’un acte qui traite mais qui camoufle durablement les imperfections, sans altération de la texture de la peau.

Le résultat, optimal après 2 ou 3 séances, redonne à votre peau son aspect initial avec un effet si naturel qu’il est indétectable.

Des indications esthétiques ou psychologiques

Que vous souhaitiez dissimuler une cicatrice parce qu’elle est mal placée ou grossière ou parce qu’elle vous impacte psychologiquement suite à une opération, un traumatisme ou un accident par exemple, la dermopigmentation est la solution idéale.

Les seules conditions ? Que la cicatrice soit stabilisée, sans hypertrophie ni inflammation. Dans le cas d’une suite d’intervention, il faut patienter un an avant le tatouage médical.

En dehors de ces contraintes, la dermopigmentation peut être envisagée sur le visage ou le corps pour masquer des cicatrices suite à :

  • une intervention chirurgicale (lifting, césarienne, fente labiale…)
  • une augmentation mammaire
  • une chirurgie reconstructrice des seins
  • une blessure accidentelle
  • une brûlure

La dermopigmentation médicale, des résultats naturels et durables

Le grand avantage de la dermopigmentation est son résultat très naturel sur les cicatrices. Colorées au plus proche de votre carnation, les cicatrices deviennent quasi invisibles car fondues dans le reste de la peau après le tatouage médical.

L’effet est immédiat mais il est souvent nécessaire d’effectuer une ou deux retouches de couleur (selon la peau et le type de cicatrice) après environ un mois.

Le résultat est très apprécié des patients qui acceptent mieux leur image et regagnent en bien-être grâce à ce camouflage indécelable.

Une séance d’entretien est préconisée tous les 3 à 5 ans afin de recolorer la cicatrice, les pigments utilisés pour la dermopigmentation médicale n’étant pas permanents.

Pour plus d’informations sur la dermopigmentation médicale, prenez rendez-vous à la Clinique Clemenceau pour une consultation au 0320805454.