Si elle est quasiment inévitable au moment de l’adolescence, l’acné n’est pas une fatalité. Il existe des gestes simples et des traitements efficaces pour s’en débarrasser.

Les points noirs, pustules ou boutons sont, pour ceux qui n’ont pas la chance d’y couper, les indésirables compagnons de nos adolescences. Et pour s’en débarrasser, certains sont prêts à tout : savonnage intensif, masque anti-imperfection, baume purifiant, gel désinfectant, gommage exfoliant… Or cet arsenal peut s’avérer vain (voire néfaste), car l’acné est une maladie chronique difficile à dompter.

Outre le suivi de certains conseils d’hygiène, des traitements existent, mais ils ne peuvent qu’en atténuer les symptômes et ne sont pas immédiatement efficaces : au moins deux mois sont nécessaires avant que des premiers résultats ne soient visibles.

« Beaucoup de patients appliquent des huiles essentielles, or il faut éviter car cela peut aggraver l’acné » précise les médecins esthétique de la Clinique Clemenceau.

En matière d’acné, tout le monde n’est pas logé à la même enseigne. Selon la nature des boutons, la surface de la peau atteinte, l’âge du patient, le retentissement psychologique de la maladie, le médecin doit adapter le traitement et avoir beaucoup d’empathie lors de la consultation.
Mais avant même de passer aux médicaments, il faut suivre des règles d’hygiène simple. Il faut nettoyer sans agresser, en utilisant des produits doux et non des détergents. Une à deux fois par jour, c’est suffisant. Et surtout, il ne faut pas toucher aux boutons car cela crée des plaies qui peuvent s’infecter et donner des cicatrices par la suite ».

« L’acné peut provoquer un état dépressif, c’est pourquoi il est important de consulter un médecin spécialiste en esthétique »

En cas d’acné très sévère (boutons rouges recouvrant le visage et présence de boutons encapsulés sous la peau), le patient se verra prescrire de l’isotrétinoïne (dérivé de Vit A), le principe actif du Roaccutane et de ses génériques. « Ce médicament permet de traiter les formes sévères et résistantes aux autres traitements, en détruisant la glande sébacée malade ».

L’acné chez l’adulte : pourquoi ?

L’acné tardive n’est pas forcément un souvenir de jeunesse, elle peut apparaitre vers 30 ans et est alors différente de l’acné des adolescents, surtout :

  • Par sa localisation plutôt sur le menton, les mandibules et le dos.
  • Par la forme avec les lésions en plus faible nombre mais avec une prédominance de nodules.

Hormis le fait que, chez la femme adulte, l’intensité de l’acné varie clairement en fonction du cycle menstruel (la progestérone produite à ce moment-là stimule les glandes sébacées) avec une poussée de boutons avant et pendant les règles, celle-ci s’estompe en général jusqu’au cycle suivant.

Certains contraceptifs oraux peuvent améliorer l’acné mais beaucoup d’entre eux peuvent l’accentuer surtout s’ils contiennent des dérivés de progestérone. Pour tous les autres cas d’acné chez l’adulte, beaucoup d’inconnus subsistent !

En effet, les raisons ne sont pas toutes parfaitement connues mais, en première intention, l’acné de la femme adulte doit faire rechercher un excès d’hormones masculines (un excès de pilosité sur le corps, perte des cheveux, troubles des règles et prise de poids)

L’acné : quels traitements ?

Conseils pratiques de nos experts de la clinique CLEMENCEAU
Un certain nombre de mesures simples et pratiques permettent de limiter l’apparition de ces boutons disgrâcieux :

  • Ne pas toucher ou percer les boutons et les comédons soi-même, cela ne fait qu’aggraver l’acné et apporte un fort risque d’infection des lésions.
  • Ne pas s’exposer au soleil sans crème.
  • Stopper le tabac.
  • Limiter le stress.
  • Le nettoyage de la peau doit se faire avec des produits adaptés et les zones touchées par l’acné doivent être nettoyées sans frotter.
  • Ne pas utiliser de produits antiseptiques, alcoolisés et ou dégraissants.
  • Le savon de Marseille n’est pas conseillé malgré sa connotation naturelle car il développe un pH basique, irritant et desséchant la peau.
  • Pas de peelings agressifs ou uniquement selon les conseils de nos médecins.
  • Utilisation de produits préconisés par nos médecins, de crème de rasage, rasoirs jetables et de crème hydratante pour la journée et la nuit spécifiques pour les peaux grasses.
  • Privilégier le choix de produits cosmétiques de maquillage adaptés (demander conseil à votre pharmacien)
  • Se doucher directement à la fin d’un effort sportif (conseillé pour oxygéner sa peau) pour que la sueur n’irrite pas les lésions d’acné.
  • Attention à conserver toujours des cheveux propres pour ne pas qu’une frange tombante sur le front irrite et stimule les glandes sébacées de cette zone.
  • L’alimentation peut quand même apporter certaines solutions et notamment avec des aliments riches en vitamine A, vitamine B6, zinc et vitamine C.

Les cicatrices et l’Acné

Les lasers ablatifs sont maintenant utilisés dans de nombreuses indications pour retirer les lésions dermatologiques bénignes mais aussi les rides et les cicatrices d’acné.

Ces lasers de resurfaçage provoquent une destruction des couches superficielles de l’épiderme. Véritables petits rabots de haute précision, ils peuvent aplanir une lésion de la peau. C’est pourquoi, on parle de mode ablatif (ou abrasif) Leur action plus ou moins intense et profonde dépend du type de laser.

Les lasers les plus abrasifs provoquent un « resurfaçage » cutané, avec une véritable abrasion et carbonisation de l’épiderme du visage. Ils nécessitent une anesthésie et des soins prolongés.

Comment se déroule le traitement de l’Acné

L’acné est une indication relativement récente des traitements laser. Ce traitement altère de manière temporaire les glandes sébacées responsables des poussées d’acné et diminue la prolifération des bactéries sans les contraintes ni les effets secondaires des traitements oraux.

Il apporte également une amélioration complémentaire en resserrant les pores de la peau et en atténuant certaines cicatrices d’acné résiduelles par la stimulation du collagène et de l’élastine qu’il induit.

Pour les cicatrices d’acné, une seule séance est normalement préconisée.

Pour les rides, selon la zone à traiter, compter 2 à 4 séances. Selon le type de laser employé, une anesthésie locale peut être pratiquée. Comme pour tous les lasers, les yeux sont protégés par des lunettes spéciales.

Recommandations et contre-indications

Comme toute opération, cette technique nécessite un suivi strict des soins postopératoires pour éviter une infection, des changements de couleur et l’apparition de cicatrices. Le délai de guérison peut prendre un certain temps – environ un mois ou même plus. Les rougeurs s’estompent après 10 à 20 jours mais la peau peut rester sensible pendant longtemps.

Éviter l’exposition au soleil et appliquer un écran total. Le traitement nécessite l’application d’une pommade et parfois un bandage plus ou moins important selon la zone traitée pendant 2 jours. Prévoir un arrêt professionnel d’une semaine dans certains cas.

Les contre-indications concernent principalement les personnes prenant de la roaccutane (traitement de l’acné), celles ayant une peau fragile, les femmes enceintes. Les fumeurs sont une contre-indication relative car leur cicatrisation est moins bonne que celle des non- fumeurs.

Les peelings dans le traitement de l’acné

Bien plus qu’un grain de peau affiné, le peeling a pour effet d’aseptiser les pores : l’échauffement produit par l’acide comme pour le laser, détruit ainsi la glande responsable de la production de sébum. Moins de gras, moins d’imperfections.

Le peeling consiste en l’application sur la peau d’une substance chimique ayant pour but l’exfoliation de l’épiderme : la peau pèle. Plusieurs substances peuvent être employées pour une exfoliation plus ou moins profonde selon le principe actif utilisé.
On distingue ainsi les peelings selon la profondeur de cette exfoliation : peelings superficiels, moyens et profonds. La durée de la réparation épidermique dépend de la profondeur du peeling.
Les peelings sont des moyens thérapeutiques complémentaires tout à fait intéressants lors d’acnés non inflammatoires ou pour réparer les cicatrices.
Les peelings superficiels permettent de resserrer les pores dilatés, d’améliorer progressivement les petites cicatrices.
La peau est assainie, le teint plus lumineux.
Les peelings moyens nécessitent un temps d’éviction sociale de quelques jours, mais sont utiles pour réparer les cicatrices plus marquées.

L’acné est une maladie cutanée nécessitant un suivi et des thérapeutiques adaptées, le peeling pourra dans certains cas être proposé par nos experts.
L’acné est une maladie cutanée transitoire affectant le plus souvent les sujets jeunes. Elle nécessite une prise en charge thérapeutique adaptée à son étendue, son évolution, sa gravité, le sexe et l’âge du patient.