La transpiration excessive ou hyperhidrose est parfois très invalidante. Elle se localise en général, aux aisselles, aux paumes des mains ou aux plantes des pieds.

Elle est souvent familiale et plusieurs membres d’une même famille peuvent en souffrir.
Elle vous gâche la vie, hiver comme été. A cause d’elle votre chemise a des auréoles sous les aisselles alors que vous venez de prendre une douche, vous n’osez pas donner une poignée de main importante lors d’un entretien ou encore vous devez changer de chaussettes trois fois par jour.

Vous ne pouvez pas mettre de tee-shirt clair l’été et en cas d’atteinte des plantes, vous glissez dans vos chaussures ouvertes.

C’est un problème personnel mais également social. Cela engendre de gros complexes.
Enfin, cette pathologie est souvent mal reconnue, sous-estimée car dans l’inconscient collectif, les problèmes de peau ne sont jamais considérés comme très importants.

La toxine botulinique ou Botox est une importante avancée thérapeutique dans ce domaine. Les résultats sont formidables et les patients sont très heureux.
Si vous souffrez d’hyperhydrose, vous savez fort bien que les anti-transpirants locaux classiques ne suffisent pas. Autrefois, pour l’hyperhydrose palmaire, on envisageait la sympathectomie, une opération qui consiste à sectionner le nerf sympathique responsable de la transpiration.

Cette opération a été supplantée par les injections de toxine botulique car, d’une part, comme toute intervention, la sympathectomie (qui est non réversible), n’était pas sans risque et d’autre part, il existe dans 50 % des cas des hyperhydroses compensatrices définitives. C’est-à-dire, après l’opération, vous aviez les mains sèches mais vous transpirez du décolleté ou du bas du dos.

La toxine botulinique agit en bloquant la sécrétion des glandes sudoripares qui produisent la sueur. Son effet est réversible.
Les médecins de la Clinique Clemenceau traitent les patients par injection de toxine avec de très bons résultats.

Les gens le disent : « Vous m’avez changé la vie. Je revis !! j’ose mettre des couleurs pastel ». Le retour des patients est encourageant.

La grossesse, allaitement, infections cutanées des zones concernées, et les maladies neuromusculaires sont les seules contre-indications.
L’injection n’est pas douloureuse dans les aisselles. Par contre, elle peut l’être pour les mains et les pieds. Il sera donc nécessaire d’appliquer 1H avant de la crème anesthésiante sous film plastique ou sous gants pour les paumes des mains.

Le traitement se fait à la Clinique Clemenceau en 30 minutes. Vous pouvez sans souci retourner à vos activités en sortant.
L’action de la toxine est quantité dépendante, et personne dépendante.

Nos médecins sont des experts dans ce domaine, n’hésitez pas à nous contacter pour un rendez vous avec l’un de nos experts.
L’amélioration apparaît dans les 10 jours qui suivent et persiste de 6 mois. Vous pouvez à nouveau porter des couleurs claires et vous n’êtes plus génés par les odeurs.